22/08/2004

No comment ! !

Extrait d'une lettre d'un jeune hommosexuel mort à cause de la conneries humaine !

« Au revoir,
Si vous trouvez cette lettre c’est que je suis enfin décédé,

que l’on m’aura retrouvé mort à la gare.

C’est la seule chose qui me paraissait le mieux.

Je ne voulais pas me suicider chez nous,

ça aurait rappelé trop de souvenirs.

Ici, je suis sûre que ça sera vite oublié.
Vous allez vous poser multitude de questions,

mais je vous en prie ne vous en voulez pas.

Si je suis passé à l’acte,

c’est tout simplement parce que la vie me déchire.

Je suis depuis trop longtemps victime de ce que je suis.

Vous aurez pu vous rendre compte que j’étais encore,

tout à l’heure, homosexuel, maintenant je suis libre, je peux vivre.
Je vous délivre le code de mon coffre [...]

(la date d’anniversaire de son meilleur ami)

dans lequel vous pourrez y trouver mon journal intime.

Ce Cd vous donnera beaucoup plus de détails.

Les moments de souffrances que j’ai dû subir au lycée.

Je sais ce que je suis depuis bien trop longtemps ;

et il y a deux ans environ la rumeur de mon homosexualité

a commencé à faire rage au lycée.

Je ne l’ai jamais démenti. J’espérais que ça se passerait bien,

et ça été tout le contraire.

J’ai perdu un nombre conséquent d’amis qui ne comprenaient pas

qu’un garçon puisse aimer un autre garçon.
Dans l’année de mes quinze ans,

vous pourrez vous apercevoir que j’ai subi un véritable calvaire :

Imprégnez vous en et peut-être que vous comprendrez.

Une seule personne était au courant.

Ne lui en veuillez pas de ne vous avoir rien dit.

Je l’ai tellement supplié.

Vous pourrez même le remercier,

il m’a permis de vivre aussi longtemps.

Il aura toujours été là pour moi,

il m’a écouté des heures entières, il m’a aimé.

Je l’aimais aussi, mais bien plus qu’il ne pouvait l’imaginer.
Je suis seulement un homosexuel mort de plus

qui se sentait mal dans sa peau.

J’espère que je ferai partie de ces statistiques

qui comptabilisent les victimes de la pression homophobe

qui règne dans notre société que ce soit en France ou ailleurs.>>



13:40 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

génial a chaque fois que je lis ce texte j'en ai les larmes aux yeux, ben oui que veux tu j'ai tenté moi aussi tout comme lui mais c'était pas mon destin et j'ai continué a faire mon chemin grâce (encore) a nana.

Écrit par : guitou | 27/08/2004

Les commentaires sont fermés.