17/09/2004

Parle-moi de tes guerresParle-moi de tes droitsParle-moi de

Parle-moi de tes guerres
Parle-moi de tes droits
Parle-moi de ce père
Qui te bat tant de fois
Parle-moi de tes peurs
Parle-moi je te crois
Parle-moi de ton coeur
Qui se meurt au combat

Blottie sans bruit
Le long du couloir
Là ou la lumière
Se perd et s'égare
Tu te replies
Perdue dans le noir
Suppliant l'homme
Qui te tue du regard
Parle-moi

des journées de pluie
Parle-moi

de ce qui fait ta vie
Parle-moi

des milliers de cris
Qui hantent ton corps

et te meurtrissent
Parle-moi petit à petit
Parle-moi encore

quand tout se dit
Parle-moi un peu

je t'en prie
Parle-moi...

Parce qu'aujourd'hui,

au fond de ta chambre
Tu refais le lit de

tes mains qui tremblent
Pense que demain,

quand tu seras grande
Tout peut changer,

demain peut te surprendre
Tu ne peux pas

rester seule ici
Ne jamais abandonner ta vie
Tu ne peux pas

t'enfermer dans l'oubli
Pour plus que

jamais tu ne supplies

 

Parle-moi de tes guerres
Parle-moi de tes droits
Parle-moi de ce père
Qui te bat tant de fois
Parle-moi de tes peurs
Parle-moi je te crois
Parle-moi de ton coeur
Qui se meurt au combat

 

Parle-moi...



23:39 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Une douceur... une sagesse née de la terre qui cherche à se faire connaître.
Il est certain que je repasserai demain...

Écrit par : untel | 17/09/2004

une douceur Quelle véracité transpire de ce texte !

Écrit par : guitou | 18/09/2004

Les commentaires sont fermés.