29/09/2004

J'ai traversé par pluie et venttoutes ces routes menant au

J'ai traversé par pluie et vent
toutes ces routes menant au néant.

Ces chemins tellement noirs
avec pour seul ami, mon désespoir.

Avec toujours dans mon coeur, ce même espoir
et continuer encore et y croire

Imaginer ton pas, entendre ta voix
et continuer à marcher comme si tu étais là.

Après de longues années,
je ne t'ai toujours pas trouvé.

Là-bas au loin un autoroute illuminée
tu y seras peut-être passé.

j'y cours pour te rattraper,
te faire savoir combien je peux t'aimer.

Combien de sentiers j'ai traversé,
combien de rêves brisés.

Attends-moi, mon coeur
et traversons ensemble l'autoroute du bonheur.

 

(Auteur ??? Connais pas non plus !!! )



18:54 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Je foulerai de mes pas cette terre inconnueJ'arracherai de m

Je foulerai de mes pas cette terre inconnue

J'arracherai de moi toutes ces choses corrompues

Car il descend en moi comme une paix profonde

Lorsque je marche vers toi c'est vers un autre monde

Ne parle pas, ne me dis rien, je sens en moi et c'est divin

Une étrange douceur, une immense fraîcheur

Qui effleure mes nuits dans le petit matin

Je reviens à la vie, lorsque tu me tends la main

(Auteur ??? Connais pas ! ! ! )

18:08 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Je respire, je revois,mes espoirs d'avant,Je repars jusqu'à

Je respire, je revois,

mes espoirs d'avant,
Je repars jusqu'à dire

je peux remonter le temps
Comme émue au début,

au tout premier cri
Je sais ce qui me suffit…

Du soleil,

comme s'il en pleuvait
Le coeur en été
Et la vie avec toi
Du soleil mon eldorado
Au creux de ta peau
Et la vie coulera…

comme ça…

Je reprends réapprends à être vivant
La chaleur, la douceur,

je recommence autrement.
Le plus beau,le plus beau,

quel que soit le prix
Je sais ce qui me suffit…

Du soleil comme s'il en pleuvait
Le coeur en été
Et la vie avec toi
Du soleil mon eldorado
Au creux de ta peau
Et la vie coulera…comme ça

Comme l'eau
Comme l'air
Comme tout ce qu'on espère
Tout ce qui nous est nécessaire
Comme toi
Comme nous
Tout ce qui est doux et normal
Et qui peu à peu nous devient vital

Du soleil comme s'il en pleuvait
Le coeur en été
Et la vie avec toi
Du soleil mon eldorado
Au creux de ta peau…

 

Mon Eldorado (Yannick Noah)



17:59 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/09/2004

Le petit prince !

«On ne voit bien qu’avec le coeur.
L’essentiel est invisible pour les yeux.»

Extrait du livre 'Le Petit Prince'
 
Lien pour d'autres extraits :
 
http://perso.wanadoo.fr/hybouves/prince.html
 
 
J'adore ce livre que j'ai lu il y à
déjà pas mal d'années maintenant.
Et hier, j'ai découvert le blog d'un petit
garçon pas comme les autres,
"Un petit prince pour de vrai !"

Lou, un petit prince pas comme les autres

http://a-lou.skynetblogs.be/

 

 

Bonjour, j'm'appelle Lou.
Chui un p'tit garçon qui n'voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Chui donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.


21:07 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/09/2004

Viendras-tu avec moi ?

Quand les ombres seront sombres
Quand je quitterai ce bal
Comme une fumée qui monte
Viendras-tu avec moi ?

Quand le froid prendra la place
De la chaleur de ton corps
Quand mon sang se fera glace
Viendras-tu avec moi ?

Quand se tariront mes sources
Quand s'écouleront mes eaux
Vers des terres bien plus douces
Viendras-tu avec moi ?

Et quand la mort sera plus belle
Que n'aura été ma vie
Me resteras-tu fidèle
Viendras-tu avec moi ?

(Nilda Fernandez)

00:08 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/09/2004

Une ballerine au coeur...

J'ai une ballerine au coeur
Quand je pense à toi …
Et je la fais danser

quand je lui parle de toi …
Et tout le monde

voulait que je t'oublie …
 
J'ai une ballerine au coeur
Quand je pense à toi …
Et elle me fait rêver
Quand elle danse pour toi.
Et elle me dit faut

pas que tu renonces …
 
J'ai une ballerine au coeur
Quand je pense à toi…

23:38 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Au questionnaire "Si j'étais",ci-dessous, à la question,Si

Au questionnaire "Si j'étais",
ci-dessous, à la question,
Si j'étais un animal, j'ai répondu :
Un paon blanc ! Pour ceux qui
n'aurais jamais vu la splendeur
de cet animal, en voici donc un !

00:31 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Portrait chinois...

Si j’étais…Si j’étais :

 

Une fleur : Jasmin

Une couleur : Le bleu

Une saison : l’été

Un mammifère : Le chat ou autres félins

Un animal marin : un dauphin

Un oiseau : Un Paon blanc

Un insecte : coccinelle

(Le seul insecte dont je n’ai pas peur ! lol)

Un phénomène naturel : l’arc-en-ciel

Un sport : la natation

Un chiffre : le 7 ou le 13

Un pays : la terre et + si affinité

Un mot : Tolérance

Un livre : Le petit prince de St-Exupéry

Un instrument de musique : Une harpe

Un paysage : la mer à perte de vue

Un arbre : Un palmier

Une chanson : La paix sur terre (de Nicole)

Un plat : les pâtes

Un fruit : Une fraise

Une maladie : l’amour

Des chaussures : des tongs

Un animal mythologique : une licorne

Un être surnaturel : Un ange

Un prénom de garçon : Sacha

Un prénom de fille : Kenza

Un mois : Août

Un jour de la semaine : vendredi

Un art : le chant

Un des quatre éléments : l’eau

Une planète : Vénus

Un astre : La lune

Un métal : l’argent

Une pierre : L’améthyste  

Une voiture : un 4X4

Un parfum : Eau d’Issey  d’Issey Miyake

Un tissu : la soie ou le satin

Un métier : Artiste

Un verbe : Accepter



00:22 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2004

Si j'étais moi,Ni la montagne à gravirAu bord du vide,la n

Si j'étais moi,
Ni la montagne à gravir
Au bord du vide,

la neige à venir
Ne me feraient peur

Si j'étais moi
Ni les pages à écrire
Ni de trouver les mots

pour le dire
Ne me feraient peur

Mais je me lâche la main
Je m'éloigne de moi
Je me retrouve au matin
Sur la mauvaise voie
Quand on se perd en chemin
Comment venir à bout
De ces efforts inhumains
Qui nous mènent à nous

Si j'étais moi
Ni les démons que je cache
Les idées noires,

les flammes que je crache
Ne me feraient peur

Mais je me lâche la main
Je m'éloigne de moi
Je me retrouve au matin
Sur la mauvaise voie
Quand on se perd en chemin
Comment venir à bout
De ces efforts inhumains
Qui nous mènent à nous

Si j'étais moi
Tout ce que j'ai sur le cour
Ce que je fais de pire

et de meilleur
Ne me feraient peur

Si j'était moi
Ce que je fais de pire

et de meilleur
Ferait mon bonheur

 

(« Si j’étais moi »

 de Zazie

23:48 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Imagine un endroitUn univers uniUn jardin pour demainOù l'o

Imagine un endroit
Un univers uni
Un jardin pour demain
Où l'on parle d'aujourd'hui

Imagine un ébat
Qui durerait toujours
Et ça ne serait pas
Qu'une simple histoire d'un jour

Imagine qu'une voix
Ne soit pas celle qui pense
Mais plutôt un débat
Interdit de silence

Imagine qu'une idée
Jamais ne nous retienne
Qu'elle soit la nôtre ou non
Pourvu qu'elle nous enseigne

Imagine que le sang
S'échange pour la vie
Que la vie soit l'enfant
D'un ciel sans débris

Imagine que tu parles
Sans te priver des mots
Ils seront tes escales
Ils t'emmèneront plus haut

Imagine que l'amour
Soit le nouveau héros
Et que nos couleurs
S'exilent de nos drapeaux

Imagine qu'une image
Soit belle d'imperfection
Pas un hommage
A la contrefaçon

Imagine que de deux
Ne naisse que le meilleur
Que l'un soit pour l'autre
Un cercle issu du cœur

Imagine qu'un galet
Soit le témoin errant
Que nous sommes bien passés
Que nous sommes bien vivants

Imagine si tu veux
Que rien ne changera
Je sais qu'on a fait au mieux
La prochain, lui, pourra

Imagine que la loi
Nous vienne d'une seule croyance
Qui ne rejette rien
Rien que nos intolérances

N'imagine plus rien
Pendant que toi et moi on parle
Je vois déjà nos mains
S'emparer d'une étoile

 

( « Imagine » de Lara Fabian )



23:29 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

La valse des anges...

Haut vu du ciel que le monde est petit
Tel un ange je voudrais te protéger aussi
Sauver l'essentiel la vie est si cruelle
Seul l'amour guérit
 
Tournent et tournent en mystère

nos questions sur demain
Derrière l'arc-en-ciel se cache une étincelle
L'amour est sans fin

Imagine si on volait dans les airs
Imagine si on marchait sur les mers
Et danser en secret la valse des anges
 
Vient la paix tombant des cieux
Pour sécher nos yeux
Doux comme un baiser au goût d'éternité
On aime tant rêver

Imagine si on volait dans les airs
Imagine si on marchait sur les mers
Et danser en secret la valse des anges

Danse la valse des anges
Serre-moi pour toujours
Danse la valse des anges
Imagine si on volait
Si on volait

Imagine si on volait dans les airs
Imagine si on marchait sur les mers
Et danser en secret la valse des anges...

 

 

(Extrait de « La valse des anges »

 de Liane Foly )

23:21 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2004

Quand je pense quec'est la même luneQui brille pour toi,qui

Quand je pense que

c'est la même lune
Qui brille pour toi,

qui brille pour moi,
Moi je me dis que

c'est la même fortune
Qui rie pour toi,

qui rie pour moi.
T'es loin mais y a

un p'tit point

qui scintille
autour de toi,

qui vient de moi
Et je jongle

avec les étincelles
Qui sont cachées

au fond du ciel.
 
J'veux dire du vrai désir,

et du vrai moi.
On peut mourir d'amour

mais mon amour
C'est pire que tout,

c'est pire que nous,
Comme si l'aube

ratait le matin,
Qu'y ait plus d'soleil,

qu'y ait plus rien

Quand je pense

qu'en une seule seconde
Y a des milliers d'ondes

qui rayonnent en toi.
Pour moi tu es

la plus belle chose du monde
Et je te veux,

rien que pour moi.
Je me sens comme

une hirondelle gelée
Qui peut plus voler,

qui agonise tout bas

 

( Extrait de « Toi et moi »

 de Véronique Sanson )

23:57 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Parle-moi de tes guerresParle-moi de tes droitsParle-moi de

Parle-moi de tes guerres
Parle-moi de tes droits
Parle-moi de ce père
Qui te bat tant de fois
Parle-moi de tes peurs
Parle-moi je te crois
Parle-moi de ton coeur
Qui se meurt au combat

Blottie sans bruit
Le long du couloir
Là ou la lumière
Se perd et s'égare
Tu te replies
Perdue dans le noir
Suppliant l'homme
Qui te tue du regard
Parle-moi

des journées de pluie
Parle-moi

de ce qui fait ta vie
Parle-moi

des milliers de cris
Qui hantent ton corps

et te meurtrissent
Parle-moi petit à petit
Parle-moi encore

quand tout se dit
Parle-moi un peu

je t'en prie
Parle-moi...

Parce qu'aujourd'hui,

au fond de ta chambre
Tu refais le lit de

tes mains qui tremblent
Pense que demain,

quand tu seras grande
Tout peut changer,

demain peut te surprendre
Tu ne peux pas

rester seule ici
Ne jamais abandonner ta vie
Tu ne peux pas

t'enfermer dans l'oubli
Pour plus que

jamais tu ne supplies

 

Parle-moi de tes guerres
Parle-moi de tes droits
Parle-moi de ce père
Qui te bat tant de fois
Parle-moi de tes peurs
Parle-moi je te crois
Parle-moi de ton coeur
Qui se meurt au combat

 

Parle-moi...



23:39 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/09/2004

Sagittaire !

Et oui, je suis sagittaire !
Cela voudrait-il dire que
je suis pleine de sagesse ?
Phonétiquement, on peut
entendre dans ce mot :
Sage et Terre; J'aurais
donc la sagesse de la terre !
Pourquoi pas ?
ça me plait bien moi, cette
définition ! Quoi ?
Ben non ! Qui à dit que
je me jetais des fleurs !
 

23:42 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

J'ai vu voler un ange !

Un jour j'ai vu voler un ange
il y des hommes qui changent
Une simple vie en rêve

Que ce monde est beau
Quand on suit son cœur
Que ce monde est grand
Il vaut tous les pleurs
Toutes les douleurs

Je cherche partout cet amour
Et je ne trouve qu'une évidence
Je donne ma vie chaque jour
Pour chanter l'existence

Que ce monde est beau
Quand on suit son cœur
Que ce monde est grand
Il vaut tous les pleurs
Toutes les douleurs

Soudain, l'homme qui s'élance
Dit ce qu'on a jamais osé dire
La douleur dans le silence
Et les mots secrets de nos désirs

Que ce monde est beau
Quand on suit son cœur
Que ce monde est grand
Il vaut tous les pleurs
Toutes les douleurs

 

Un jour j'ai vu voler un ange
il y des hommes qui changent
Une simple vie en rêve

 

(D’après « J’ai vu voler un ange »

 de Julie Zenatti)



23:24 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

LE COEUR VOLCAN  Comme un volcan devenu vieux Mon coeur

LE COEUR VOLCAN

 

Comme un volcan devenu vieux
Mon coeur bat lentement la chamade
La lave tiède de tes yeux
Coule dans mes veines malades

Je pense si souvent à toi
Que ma raison en chavire
Comme feraient des barques bleues
Et même les grands navires

J'ai la raison arraisonnée
Dans un port désert
Dérisoire toute ma vie s'est arrêtée
Comme s'arrêterait l'Histoire
 

Comme une légende qui s'éteint
Comme un grand peuple en décadence
Comme une chanson qui se meurt
Comme la fin de l'espérance
 
La lave tiède de tes yeux
Coule dans mes veines malades
Comme une armée de vaincus
L'ensemble sombre de mes gestes
Fait un vaisseau du temps perdu
Dans la mer morte qui me reste

 

(D’après « le cœur cœur volcan »

 de Julien Clerc )

 

23:15 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mi-ange, mi-démonC'est un murmure délicat et lassif, Un do

Mi-ange, mi-démon

C'est un murmure délicat et lassif,

Un doux parfum d'amour et de souffrance,

Que cet homme porte tel un roc qui se dresse.

C'est un coeur brûlant d'amour mais passif,

Une envie d'aimer dont il fait silence,

Que cet homme porte à chaque caresse.

C'est un moment distant et possessif,

Un regard fort pour effacer l'absence,

Que cet homme porte en toute faiblesse. 

C'est une lame tranchante comme un canif,

Un doux velours qui anime tous ces sens,

Que cet homme donne à mon coeur sans cesse.

J'aime beaucoup ce texte !
Désolée pour l'auteur,
je ne me souviens plus de
son nom !
 

22:58 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2004

Allez voir ! ! !

Les Sites que j’aime !

 

Mon autre blog !

Toujours moi  et encore moi !

http://malakv4.skyblog.com/

 

Le blog de mon ami Guitou

Tout en amour et tendresse !

http://fogy04.skyblog.com/

 

Le site de mon amie Martine

La cité des noirs et feux

Les chiens Beaucerons

http://users.skynet.be/fa321118/chiens/lesAmis/index.htm

 

Allez donc faire une petite

Visite ou plusieurs sur ces sites,

Vous me ferez plaisir et à mes

Amis aussi ! Bonne visite !

A bientôt !



17:38 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Détourner des rivières,Porter des poids,Traverser des mers

Détourner des rivières,

Porter des poids,
Traverser des mers,

Je saurais faire.
Défier des machines,

Narguer des lois,
Les foudres divines,

Ça m'effraie pas.
J'sais prendre un coup,

Le rendre aussi
River des clous,

Ça j'ai appris.
J'suis pas victime,

J'suis pas colombe,
Et pour qu'on m'abîme,

Faut qu'je tombe.
Je sais les hivers,

Je sais le froid,
Mais la vie sans toi, je sais pas !
Je savais le silence,

Depuis longtemps,
J'en sais la violence,

Son goût de sang,
Rouges colères,

Sombres douleurs,
Je sais ces guerres,

J'en ai pas peur,
Je sais me défendre,

J'ai bien appris,
On est pas des tendres par ici.
Je sais les hivers,

je sais le froid
Mais la vie sans toi, je sais pas !
Lutte après lutte,

Pire après pire
Chaque minute,

J'ai cru tenir
J'voudrais apprendre,

Jour après jour
Mais qui commande,

À nos amours ?



00:52 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/09/2004

Je t'aime mon ange !

Comme je t'aime, mon ange.
Que plus rien ne change.
Je veux que tu me retiennes.
Je voudrais juste m'arrêter là,
dans tes bras et renaître avec toi

Alors cet espace autour de moi
Cette lumière, c'était donc toi
Je savais qu'un jour je finirais,
A force d'y croire à te trouver
Ma délivrance ne sera là,

que lorsque tu seras devant moi. 
Alors cette fois je veux y arriver.
Ne plus croire que si j'aime
On va m'abandonner

 

Comme je t'aime, mon ange.
Que plus rien ne change.
Je veux que tu me retiennes.
Je voudrais juste m'arrêter là

entre ton coeur et tes bras !


(D'après "mon ange" de Nathalie Cardone)

 




16:33 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/09/2004

Et j'écoutais longtempscouler l'eau des fontainesEt j'écou

Et j'écoutais longtemps

couler l'eau des fontaines
Et j'écoutais le vent chanter infiniment
Vagues de quiétude et de paix
D'aussi loin que je me souvienne
L'enfance est un immense océan
Et je rêvais longues années,

longue indolence
Où rien ne se passe,

mais où rien ne s'oublie
J'allais sereine et sans connaître
Le moindre feu d'une absence
Ce n'est qu'en te croisant
Que j'ai su, j'ai compris
J'attendais, j'attendais
J'attendais ton regard

pour expliquer enfin
Le pourquoi de ces au revoir
A tout ce long chemin
J'attendais, j'attendais
Le pays de ton corps

le toucher de tes mains
Ma douce boussole mon nord,
Le sens à mes demains



21:04 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Quelques mots d'amours...

Il manque quelqu'un près de moi
Je me retourne tout le monde est là
D'où vient ce sentiment bizarre que je suis seule
Parmi tous ces amis et ces gens qui ne veulent
Que quelques mots d'amour

De mon village capital
Où l'air chaud peut être glacial
Où des millions de gens se connaissent si mal
Je t'envoie comme un papillon à une étoile
Quelques mots d'amour

Je t'envoie mes images
Je t'envoie mon décor
Je t'envoie mes sourires

des jours où je me sens plus forte
Je t'envoie mes voyages
Mes jours d'aéroport
Je t'envoie mes plus belles

victoires sur l'ironie du sort
 
De mon village à cent à l'heure
Où les docteurs greffent les cœurs
Où les millions de gens se connaissent si mal
Je t'envoie comme un papillon à une étoile
Quelques mots d'amour



21:00 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Quand viennent pleurer tes soirs de solitudeQuand l'absence

Quand viennent pleurer tes soirs de solitude
Quand l'absence d'amour vient détruire tes rêves
Tu ressens chaque jours l'ennui qui se lève
Ton coeur t'avait promis la lune
Il a la fièvre...

Qui peut grandir sans dire je t'aime
Et tout changer dans ses veines
Qui peut retrouver les gestes
Et tout l'amour qu'il nous reste

Qui pourra vivre ses réveils
Sans personne dans son sommeil
Laisse ton coeur être lui-même
Grandir, c'est dire je t'aime...

Tu as longtemps dormi sur tes chagrins
Mais un beau matin, tu te lèves enfin
L'amour qui t'a donné la vie, revient
Ton coeur t'avait promis la lune
Il la retient...

Qui peut grandir sans dire je t'aime
Et tout changer dans ses veines
Qui peut retrouver les gestes
Et tout l'amour qu'il nous reste

Qui pourra vivre ses réveils
Sans personne dans son sommeil
Laisse ton coeur être lui-même
Grandir, c'est dire je t'aime...

Mais il faut garder l'espérance
De ces matins où tout commence
Où tout commence, où tout commence...



20:50 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour me comprendreIl faudrait savoir qui je suisPour me comp

Pour me comprendre
Il faudrait savoir qui je suis
Pour me comprendre,
Il faudrait connaître ma vie
Et pour l'apprendre,

devenir mon ami,
Pour me comprendre,

il aurait fallu au moins ce soir
Pouvoir surprendre

le chemin d'un de mes regards
Triste mais tendre,

perdu dans le hasard.

Pour me comprendre,

il faudrait savoir le décor,
De mon enfance,
Pour me comprendre,

il faudrait connaître mes nuits,
Mes rêves d'amour

et puis ces longues insomnies,
Quand vient le jour,

la peur d'affronter la vie,

Il y a peut-être quelque part
Un bonheur dont j'aurait eu ma part
Dommage, dommage,

j'aimais tant certains paysages.

Pour me comprendre,

Il faudrait l'aimer plus que moi

et je vous dirai que

je n'y crois vraiment pas.
Pour me comprendre,

il faudrait avoir rencontré
L'amour, le vrai,

vous comprenez le grand amour
Et savoir qu'après à quoi sert

de vivre encore un jour.



14:25 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Et j'ai suivi le vol d'un angeComme un voyage au fond de moi

Et j'ai suivi le vol d'un ange
Comme un voyage au fond de moi
Juste en fermant les yeux
Et tu es là
La nuit à ce pouvoir étrange
De nous faire aller jusque là
Où même les oiseaux
N'arrivent pas


 

01:41 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Loin, aussi loin que tu sois Et plus loin si je dois, J'irai

Loin, aussi loin que tu sois
Et plus loin si je dois,
J'irai vers ta lumière

Loin, aussi loin que je peux
Et plus loin si tu veux
Par delà les frontières

Je n'ai pas choisi
C'est ni le besoin, ni l'envie
J'ai cette force au fond de moi
Qui me porte vers toi

Loin, plus loin que l'au delà
Où l'horizon se noie
Dans le ciel et la terre.

Loin, à des milles et des milles
Où tout est immobile
J'offrirai mes prières

Je n'ai pas choisi
C'est ni le besoin, ni l'envie
J'ai cette force au fond de moi
Qui me porte vers toi

Loin, au bout de l'espérance
Trouver la délivrance



01:03 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'amour emporte tout ...

Qu'on me parle de guerre
Sans qu'on la fasse encore
Qu'on me montre la mer
L'amour qui rentre au port
Qu'on me laisse le temps
De faire n'importe quoi
De faire n'importe quand
Cet amour qu'on me doit
Et du ciel qui t'envoie
Qu'on me dise qu'il est bleu
 
L'amour emporte tout
Les forts comme les fous
L'amour ne laisse rien
Au hasard d'une main
L'amour emporte tout
Les anges et les jaloux
L'amour ne laisse rien
Pas même le chagrin

Qu'on me parle de vivre
Pour celui qui me croit
Pour celui qui me livre
Son dernier combat
Qu'on me dise mes droits
Je saurai faire avec
Le coeur au même endroit
Même pas peur de l'échec
Et du ciel qui t'envoie
Dis moi ce que tu veux
Tu sais ce qu'on y voit
Je sais ce qu'on y veut

 

L'amour emporte tout…

00:56 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

J'm'arrêterai pas de t'aimer ...

Je serai toujours là
C'est une promesse
Que j'ai faite là
Comme une caresse
Les mots du cœur
Sont merveilleux
Je connais ton cœur
 Par cœur
Même quand tu blesses
C'est la tendresse
Qui pleure
Faut que j'te dise à tout moment
J'ai peur
Si peur de me brûler le cœur

J'm'arrêterai pas de t'aimer
Quoiqu'il arrive je sais
Te mentir ça m'sert à rien
Et tout te dire
Ça m'fait du bien

J't'ai toujours dit la vérité
J'm'arrêterai pas de t'aimer
Ce sera mon petit secret
Comme un jardin discret
Qui voudrait fleurir
Dans ton cœur



00:50 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2004

Par la peur de te perdreet de ne plus te voirPar ces mots in

Par la peur de te perdre

et de ne plus te voir
Par ces mots insensés

qui grouillent dans ma tête
Par ces nuits sans sommeil

où la folie me guette
Quand le doute m'effleure

et tend mon cœur de noir
J'en déduis que je t'aime

Par le temps que je prends

pour ne penser qu'à toi
Par mes rêves de jour

où tu règnes en idole
Par ton corps désiré

de mon corps qui s'affole
Et l'angoisse à l'idée

que tu te joues de moi
J'en déduis que je t'aime

Par la contradiction

de ma tête et mon cœur
Par le froid qui m'étreint

lorsque je t'aperçois
Par mon souffle coupé,

par mon sang qui se glace
Par la désolation qui

réduit mon espace
Et le mal que souvent

tu me fais malgré toi
J'en déduis que je t'aime
J'en déduis mon amour.

 

(Charles Aznavour)



17:40 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

J'ai peur qu'ça m'démangeQue ça recommenceJ'ai peur d'oub




J'ai peur qu'ça m'démange
Que ça recommence
J'ai peur d'oublier
La mal que ça fait

Comme une revanche
Sur le manque et l'absence
Vers cinq heures du soir
Quand le ciel s'en va

Même si ça dérange
Ma vie et le bon sens
Je ne peux pas
M'en passer comme ça

Tu reviens et ça recommence
Je veux croire encore à la chance
Je m'abandonne à l'évidence
Même si j'ai peur,

je suis mon cœur

Toujours en partance
Vers une longue errance
Au cœur de nulle part
Où l'amour se noie

J'ai peur de l'offense
Des profonds silences
J'ai peur de ta voix
Qui ne répond pas

J'ai peur de la confiance
Perfide et ignorante
Sur un mur de pourquoi
Se cogne tout droit

Tu reviens et ça recommence
Je veux croire encore à la chance
Je m'abandonne à l'évidence
Même si j'ai peur,

tu es mon cœur

J'ai peur qu'ça m'démange
Que ça recommence
Quand le bonheur est là


(Lara Fabian)



17:15 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |